vendredi 13 février 2015

[Humeur] #53 billets en 2015 #7 Ma plus belle histoire d'amour

Tiens tiens pendant la semaine de la St Valentin Agoaye nous propose de nous rappeler de notre plus belle histoire d'amour... Cette semaine étant chargée en terme de travail, je ne suis allée lire aucun article des autres blogueuses.... du coup je ne sais pas du tout sur quoi elles sont parties... 


Je vais jouer le jeu jusqu'au bout et vous parler de mon tout premier amour... Mais après avoir lu mon article vous ne me verrez jamais plus comme avant....

C'était en 1992, j'avais donc 13 ans. C'est un amour qui a bien dû durer 2 ans si mes souvenirs ne sont pas trop mauvais... Je l'ai rencontré un samedi après-midi au centre de sport où je prenais des cours en compagnie d'autres enfants de mon âge. Je crois que l'on peut même parler d'un coup de foudre... Dès le premier regard, j'ai su que plus rien ne serait jamais comme avant !!! Dès que j'arrivais au centre, je courais me jeter sur cet être si précieux,  je le respirais, le caressais, le bisoutais... comme font les ados de 13 ans.... Toute la semaine je ne pensais qu'à lui ! J'attendais le samedi avec énormément d'envie mais également d'angoisse.... et si quelqu'un d'autre me le piquait, et s'il n'y avait plus ce petit quelque chose de spécial entre nous.... Nous partions souvent nous promener en forêt mais nous n'étions jamais seul... Je me souviens notamment de deux promenades, la première où malgré tout mon amour, cet être qui m'était si cher m'a littéralement jeté dans la boue sans ménagement... Et en le regardant, je voyais ses lèvres frémir de plaisir en me voyant les fesses dans la boue.... La seconde promenade dont je me souviens, était une courte poursuite où je me suis fait projeter contre des branches qui m'ont déchirées l'arrière du t-shirt et éraflées le dos... Notre amour était terriblement physique... C'est souvent que le dimanche ou le lundi je découvrais des bleus sur mon corps à la suite de notre entrevue du samedi. Mais mon amour était tel que je lui pardonnais absolument tous ces écarts de conduite...

Et puis tout s'est détérioré, personnes d'autres que moi au centre ne l'aimait. Tout le monde trouvait qu'il avait un sale caractère, même la monitrice du centre l'avait prise en grippe. Ma position était très difficile, je me rappelle d'une période très triste, où je pleurais beaucoup car je sentais que les choses ne pouvaient pas continuer comme ça... Je l'ai défendu corps et âme, j'ai voulu montrer aux autres que mon amour prouvait que c'était vraiment un être exceptionnel mais du haut de mes 13 ans je n'ai pas eu beaucoup de poids !!!

Et finalement la monitrice du centre est venue me trouver pendant les vacances scolaires pour m'annoncer que ça ne pouvait plus continuer. Elle avait pris sa décision et je ne pourrai rien y faire : il devait quitter le centre à la fin de la semaine... Il me restait une semaine pour en profiter et surtout pour lui faire mes adieux. Je me rappelle encore de la souffrance que ça a été pour moi, j'avais les jambes coupées, impossible de dire le moindre mot. Cette semaine là, les copains et les copines ont été sympa, ils nous ont laissé beaucoup plus d'intimité, personne n'est venu nous chambrer, je crois que tout le monde respectait ma peine. Je passais la journée entière avec lui : du réveil jusqu'au coucher ! J'ai essayé de lui expliquer que c'était une bonne chose pour lui, qu'il n'y aurait plus de méchants pour se moquer de lui, mais je crois qu'au son de ma voix, il comprenait tout ce que je ressentais, il y a des êtres pour qui les mots ne sont rien, qui ressentent tout ce que vous ressentez, c'était exactement le cas de cet être que j'aimais de tout mon cœur !!!

Le jour de la séparation a fini par arriver, sans que je ne puisse rien y faire. La monitrice m'a permis de l'aider à monter dans le camion qui allait l'emmener loin de moi... J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps quand le camion a passé la barrière... Je savais qu'un pré plein d'herbes fraîches attendant mon amour, cette belle jument espagnole à laquelle je m'étais tellement attachée !!! Je l'avais vraiment dans la peau, quand je lui montais sur le dos nous ne faisions qu'un (sauf quand elle m'éjectait devant un obstacle mais c'est un détail insignifiant !). Elle avait du caractère mais moi aussi ! C'était mon premier vrai amour, dévastateur, puissant, entier ! Cette belle jument fougueuse s’appelait Palma...

Si vous pensez que ça m'a servi de leçon.... pas du tout.... ma vie équestre n'a été faite que d'amours terriblement forts mais courts, car ma monitrice était toujours obligée de se séparer de ces chevaux aux forts caractères qui ne pouvaient convenir à la majorité des cavaliers d'un centre équestre.... J'ai fini par arrêter de monter à cheval et je sais qu'il me faudrait acheter un cheval bien à moi, avec un sale caractère comme seule moi je les aime !!! Mais qui sait, ce rêve arrivera peut-être un jour ;-)


C'était ma contribution de la semaine aux 53 billets d'Agoaye, c'était surtout pour moi l'occasion de me plonger dans mes souvenirs d'équitation... Après Palma il y a Barakir, un puissant trotteur, puis Gelino, Gino pour les intimes, et même en Turquie en voyage j'avais réussi à m'amouracher d'une belle jument du nom de Berka !



Le thème de la semaine prochaine : "Si ma vie était un film".... je n'ai absolument aucune idée !!! Si vous en avez pour moi, je suis preneuse !!!!

Vous pouvez me suivre :

en s'inscrivant à la Newsletter ICI
en m'écrivant par mail à : espritvientenjouant@gmail.com
ou via les réseaux sociaux :


8 commentaires:

  1. Et bien au départ je croyais que tu parlais d'un garçon... LOL et puis au fur et à mesure de te lire je me posais des questions et finalement j'ai eu ma réponse :D c'est une jolie histoire qui restera gravé en toi, des beaux souvenirs même si cela s'est mal fini... contente d'en savoir un peu plus sur toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu te sois fait prendre lol j'avoue m'être bien amusée en écrivant cet article !!!!

      Supprimer
  2. Alors moi j'ai compris au moment des promenades, mais avant je me disais que tu parlais d'un objet !
    J'sais pas quoi, mais un objet en rapport avec le sport !

    RépondreSupprimer
  3. J'aurai pu écrire sur le cheval que j'ai eue quelques années, je me retrouve dans ton histoire, moi j'ai du le vendre car je suis tombée au chomage je le regrette beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh je te comprends !!! c'est dingue comme on s'attache !

      Supprimer
  4. Eh bien crois-le ou pas, mais tu m'as fait pleurer !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh là là ce n'était quand même pas le but Agoaye.... mais bon au moins mon article ne laisse pas indifférent ;-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...